A Farébersviller, une commune située dans la Moselle en région Grand Est une nouvelle étude de sol a été demandée afin d’évaluer le risque du gypse.

Le gypse est un sulfate hydraté naturel, que l’on appelle plus communément la pierre à plâtre. Le gypse est notamment un constituant des évaporées.

Dans cette petite ville de Moselle, le risque est permanent. Depuis 1993, c’est la cinquième fois que la commune est reconnue état de catastrophe naturelle. Les mouvements du terrain sont de plus en plus importants et de nombreux bâtiments ont dû être détruits à cause de la dissolution du gypse dans les sols. La dissolution de gypse est un problème qui peut avoir de terribles conséquences. Les mouvements de terrain en surface est un phénomène qui est en train de devenir problématique pour Farébersviller. De nombreux bâtiments et maisons ont dû être évacués et démolis afin de sécuriser les périmètres.

Avec l’eau qui s’infiltre, le gypse se dissout et devient rapidement un problème pour les constructions réalisées. Les règles ont évidemment changées en termes d’études de sol depuis la réalisation de ces constructions en 25 ans. Dans les années 80, des fissures ont été constatées sur les habitations et le premier arrêté pour catastrophe naturelle a été réalisé en 1993 pour une période allant de 1987 à 1992.

Le village est en train de devenir une zone rouge en termes de construction. En 2000, l’Etat a demandé une étude de sol complète sur la commune et son territoire. Cette étude de sol a permis l’approbation en 2004 d’un plan permettant la prévention de risques naturels. Certaines zones sont désormais nous constructibles, classées zones rouges. L’étude de sol réalisée récemment a permis de mettre en avant des problèmes dans le sol de la commune et de définir les zones qui peuvent être construites et celles qui au contraire sont soumises à la condition d’une nouvelle étude de sol individuelle pour chaque projet.